[Manga] Le Couvent des Damnées tome 4, 5 et 6

Le Couvent des Damnées, le manga de Takeyoshi Minoru, pré-publié au Japon  dans le magazine  Gekkan ! Spirits depuis 2015, se conclut au tome 6.  La version française est disponible chez Glénat Manga.

A la lecture des premiers volumes (voir ma précédente critique), l’ ambiance de thriller dans un couvent en Allemagne du XVIe siècle m’avait convaincu, malgré des réserves sur le développement de certains personnages.

Le lecteur retrouve donc pour ce final, Ella Horowitz et sa quête de vengeance contre Madame Edelgard, responsable de la mort de sa mère. Elle et ses quatre amies, Kaja, Hilde, Théa et Cordula sont bien décidées à survivre et à rester hors de l’emprise de l’Ordre du Claustrum, faction de l’Inquisition chargée de « rééduquer » les filles de sorcières.

Malgré de nombreuses difficultés causées par d’autres membres de la communauté religieuse, comme Kriem, une jeune fille liée au passé de Kaja mais aussi face aux conditions météorologiques (inondations, neiges), les 5 jeunes filles se soutiennent dans l’adversité. Elles s’entraident et sont prêtes à tout, même à se sacrifier, pour protéger les occupantes les plus faibles du couvent et aussi découvrir le sombre secret caché derrière ses murs.

le couvent des damnees tome 5

En effet, les derniers volumes se concentrent beaucoup plus sur les intrigues au sein du Vatican, dans le contexte des guerres de religions entre catholiques et protestants. Le complot tramé par Madame Edelgard, la responsable de l’Ordre du Claustrum, pour faire basculer l’Europe dans une nouvelle ère d’obscurantisme, se dévoile progressivement, devenant l’un des principaux enjeux du récit. Ainsi, le lien se fait avec la mystérieuse vierge de fer (objet de torture utilisé par l’Inquisition) trouvée au début du premier volume et qui introduit l’histoire.

Au niveau du dessin, la mangaka propose toujours au lecteur un trait régulier, fourmillant de détails. C’est agréable d’avoir une continuité graphique.

Le Couvent des Damnées arrive à nous tenir en haleine tout au long des six tomes, malgré quelques longueurs parfois (comme les scènes au Vatican). L’auteure arrive tout au long du récit à synthétiser de façon intelligente plusieurs thèmes, comme le fanatisme religieux, mais aussi le combat des femmes contre l’oppression et pour la liberté. Malgré des passages durs et violents, le récit dégage au final une ambiance positive. Sa conclusion, forte et émouvante, transmet un beau message sur l’amitié et le dépassement de soi.

J’aime bien : Une narration maîtrisée du début à la fin.

J’aime moins : La frustration de ne pas en savoir plus sur la destinée du personnage d’ Ella.

Le couvent des damnées-tome 6

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.